Aufruf – Französisch

Meurtre ne doit pas rester impuni

Le 17 août 1987, après 46 ans d’emprisonnement la vie du dernier prisonnier de la prison des Quatre Vainqueurs se terminait sous des circonstances mystérieuses.

Le jour de sa mort, le bruit circule que Rudolf Hess s’était suicidé à l’âge de 93 ans dans le début de l après-midi. Pendant quatre jours, les directeur de prison a présenté quatre hypothèses sur les faits du suicide prétendu.

Chaque version intensifiait le doute sur la crédibilité de la thèse du suicide. En même temps la famille du défunt, avec le grand soutien du public, essayait d’établir la vérité.Les résultats de leur investigation ne correspondaient jamais à la thèse d’un suicide. Jusqu’à aujourd’hui, la mort de Rudolf Hess n’a toujours pas été clarifiée. Une raison etait le délai d’attente les Anglais ont mis sur le dossier «Hess».
Sans ce dossier, il était impossible de vérifier les preuves d’un réel suicide ou d’un crime déguisé comme tel.

Cette année est le 30ieme anniversaire de la mort du dernier prisonnier de Spandau, ainsi le dossier Hess sera ré-ouvert et l’affaire pourrait alors être élucidée avec des moyens constitutionnels et à l’écart de toute propagande.

La République Fédérale d’Allemagne était encline à étouffer l’affaire sur la mort de Rudolf Hess jusqu’à aujourd’hui : 30 ans après sa mort, 72 ans après la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, 76 ans après son vol en l’Angleterre ! Tout pensait à croire que l’état voulait garder le silence sur ces raisons, malgré une politique revendiquant l’égalité des droits .

Indépendamment de l’effet du destin d’un homme sur l’Histoire, un état de droits se doit d’élucider la question sur l’assassinat ou le suicide d’un homme.
Un étouffement de ce cas ne peut et n’a pas le droit d’être possible.

Le 17 août, une manifestation aura lieu pour réclamer la déclassification du dossier pour étudier à nouveau les preuves sur les circonstances de la mort de Rudolf Hess.

30 ans de supposition et de propagande sont assez!

Ce site Internet va accompagner la mobilisation pour la manifestation sous la devise :
« Assassinat doit être puni – Déclassifier les dossiers ! – Justice au lieu de vengeance ! »